Lorsque tous sont contre nous Dieu est pour nous

FacebookTwitterGoogle+WhatsAppEmailPrintYahoo MailGoogle GmailShare

persecutionIl arrive dans la vie que nous soyons punis ou repris pour avoir fait le bien et souvent de la part de ceux qui en sont les principaux bénéficiaires.

Christ fut, en effet, à plusieurs reprises condamné de s’être approché des pécheurs qui pourtant avaient besoin d’entendre la bonne nouvelle de l’Evangile. Il fut blâmé pour avoir opéré des guérisons les jours du Sabbat par les Théologiens « purs » et « durs » de son époque. Il fut rejeté et qualifié d’hérétique en raison de son enseignement reflétant l’amour et la justice du Père qui l’avait envoyé. Le Nouveau Testament ainsi que les écrits historiques de l’antiquité nous informent que cette campagne anti-Christ culmina avec sa Crucifixion.

Moise fut de façon répétée jugé responsable par les Israelites des défis et difficultés rencontrés lors de leur pénible traversée du désert. Il se vit reproché de les avoir “fait sortir hors d’Egypte” où ils furent esclaves pendant 4 siècles. Lui et son frère Aaron entendirent des paroles blessantes et humiliantes proférées contre eux par ceux qui avaient pour but de banaliser le bien fondé du programme divin au travers de Ses serviteurs.

Peut être est ce la raison qui conduit le Seigneur à réitérer à son Successeur Josué la célèbre promesse «  Ne t’ai-je pas donné cet ordre: «Fortifie-toi et prends courage? Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras (Jos 1:9) » en guise d’encouragement ?….

L’histoire d’Israël et de ses rapport avec Dieu tel que rapportée par les auteurs vétérotestamentaires nous confirme cette réalité que les anciens serviteurs de Dieu durent affronter. Le Nouveau Testament nous averti également que le disciple du Christ ne peut non plus y échapper en particulier dans cette ère où le postmodernisme et le relativisme sont devenus le life style de plusieurs.

Les disciples du Christ sont et seront souvent incompris, critiqués, rejetés, calomniés, méprisés, ignorés, condamnés et punis soit pour leur code de conduite jugé inacceptable, soit pour leurs prises de positions éthiques jugées exclusives, soit pour leurs actions humanitaires jugées ostentatoires, soit pour leurs convictions spirituelles jugées traditionnelles ou anachroniques, soit pour leur attachement à ce qu’ils jugent être l’appel de Dieu dans leur vie. Dans certaines situations, certains ont même connu le martyr ou la torture (physique et psychologique). Voir à ce propos, des textes bibliques tels que Jean 16 :1-2 ; Jean 16 :33 ; Matthieu 5 :10-12 ; 2 Timothée 3.12 ; 1 Pierre 4 :4 ; etc.

L’ironie est que tout ceci se passe dans une Société qui se veut « pluraliste », « inclusive » et « tolérante »… Inutile d’expliquer combien de tels supplices sont encore plus douloureux lorsqu’ils nous sont infligés par ceux en qui nous faisons confiance, ceux là même qui étaient sensés nous apporter soutien et encouragement, ceux là même qui prétendent professer notre foi.

Face à cette situation, la réaction naturelle attendu c’est la colère, c’est le ressentiment, c’est le désir de représailles et de vengeance (même lorsque nous n’en avons pas les moyens !), c’est la révolte, l’abattement et le découragement, réactions qui n’échappent pas à la Compréhension, à l’Amour et à la Compassion du Seigneur… mais incompatibles avec notre nature divine. Le risque de se lasser est donc réel. Aussi devrions-nous constamment trouver notre encouragement dans les promesses rafraîchissantes des Saintes Ecritures et dans la Grace de Dieu.

Une des ces promesses (en plus du texte du Livre de Josué suscité), se retrouve sous la plume de St. Paul dans son Epitre aux Galates et aux Romains, promesse qui devrait nous encourager et nous rappeler que notre action ainsi que nos investissements ont une portée éternelle :

“Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle. Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas.” (Gal 6:8-9)

 “Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! Qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée? selon qu’il est écrit: C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur.” (Rom 8:31-39)

Print Friendly

5 thoughts on “Lorsque tous sont contre nous Dieu est pour nous

Leave a Reply

Your email address will not be published.