L’Afrique ne reçoit des leçons de personnes ! ….Euh…Really ?

FacebookTwitterGoogle+WhatsAppEmailPrintYahoo MailGoogle GmailShare
Africa in Crisis

Un habitant de Bangui est arrêté et ligoté comme une chèvre par des soldats français à la suite des troubles dans un quartier de la capitale.

L’Afrique ne reçoit des leçons de personnes ! C’est le genre de slogan qu’on entend depuis les années des indépendances africaines. La question que je ne cesse de me poser cependant c’est de savoir ce qu’il en est dans la réalité et dans la vie pratique des Africains.

Je n’ai pas la prétention de rapporter la multiplicité des sommets et des conférences organisés par les chefs d’Etats Africains au cours desquels l’ingérence de l’Ouest dans les affaires internes et internationales des pays africains, est hautement décriée ; ces fameux rendez-vous sont aussi souvent une occasion de réaffirmer l’indépendance (politique ? financière ?) des pays africains. On y voit aussi des fois une occasion de constituer un front commun contre ce qui est considéré comme « une justice de l’occident » (peut être avec raison), face à la prolifération des mandats d’arrêts internationaux contre certains chefs politiques et/ou militaires africains…accusés soit de Génocide ou de Crimes contre l’Humanité….Enfin…des Crimes contre leurs Peuples…

L’Afrique déplore donc l’influence et la condescendance de l’Ouest. Principe noble auquel je souscris sans compromis… Cependant, les dirigeants africains sont-ils capables de s’occuper convenablement de leurs responsabilités ? Peu de gens douteraient de leur capacité. Accordons-leur donc le bénéfice du doute. La question épineuse cependant est de savoir si ils sont vraiment disposés à le faire sans la pression des bailleurs de fond, des « partenaires » au développement ou des instances onusiennes (Conseil de Sécurité, Court Pénale Internationale, Court Internationale de Justice, etc…)

Je me suis tout de même demandé si les Africains ne devraient quand même pas s’instruire des certaines « bonnes pratiques »…euh….de l’Occident… Pardonnez-moi, j’ai craché le morceau ! Un coup d’œil sur certaines « situations de crises » en Occident serait peut-être révélateur…

Plusieurs d’entre nous se souviennent de la crise Belge qui dura environ 541 jours. Cette crise était essentiellement causée par un manque de consensus des acteurs politiques en vue de la formation d’un Gouvernement.  Et pourtant, et contrairement aux scenarios classiques courants dans plus d’un pays d’Afrique, aucun groupe n’a attaqué ses adversaires politiques à la machette. Aucun citoyen belge ne s’est vu contraint de s’exiler loin de son pays pour échapper à la mort. Je ne me souviens pas avoir entendu un opposant belge demander l’asile politique en France, en Suisse ou aux USA.

Faut-il rappeler l’impressionnante maturité d’hommes politiques Américains Bush et Gore lors de l’élection présidentielle de 2000 ? Alors que ni George W. Bush ni Al Gore n’étaient prêts à accepter la défaite sur base du comptage controversé des votes dans l’Etat de la Floride, les deux challengers acceptèrent de se soumettre à la décision de la Cour Suprême Fédérale qui proclama la Victoire de Bush. Contrairement à ce que beaucoup craindraient en Afrique, Gore ne demanda pas aux partisans du Parti Démocrate d’ériger des barrages dans les rues de Washington. Il n’embrasa pas le pays par des discours haineux et guerriers. L’Amérique ne vit aucune émergence des Seigneurs de Guerres comme en Ituri (DRC) ou en Centrafrique. Gore n’a pas attendu les menaces de CPI pour accepter sa défaite et féliciter le Vainqueur… Et par conséquent, Gore ne fut jamais inquiété par la CPI… !

On pourrait aussi mentionner le comportement des acteurs politiques américains au cours des longs et féroces débats budgétaires entre Démocrates et Républicains au lendemain de la réélection de Barack Obama. Les écoles continuèrent à recevoir les élèves. Les services publics et privés furent relativement bien fournis. Les supermarchés ne fermement pas leurs portes. Les hôpitaux, les stations de polices et les salles de cinéma continuèrent à fonctionner. Il n’y a eu surtout pas de tentative de coup d’état, ni d’attaques à la grenades. Il n’y eut aucune purge ethnique et la jeunesse américaine ne constitua pas de barrages routiers en se servant de pneus brulés. La police et l’armée ne se livrèrent pas au pillage….Ils sont survenus ces crises…

Sans vouloir faire de ma réflexion une sorte de thèse doctorale, et sans vouloir faire des propositions « simplistes », je pense humblement que 4 traits caractérisent le genre de société que nous venons de mentionner : (1) l’existence des structures et institutions stables, réalistes, et accessibles à tous (et non pas juste pour une clique d’oligarques, ou d’un parti au pouvoir…), (2) l’existence des Lois claires qui régissent le fonctionnement de ces institutions, (3) l’existence des Organes Judiciaires habilités à veiller à l’exécution des Lois, sans aucune instrumentalisation de la Justice par le Pouvoir et enfin..(4) l’existence dans la pratique du principe de la continuité de l’Etat et du Gouvernement, lorsque (pour une raison ou une autre) les autorités présentement au pouvoir doivent partir….

« Mais Stephane ! (me dira-t-on) le contexte africain est différent et on n’a pas à recevoir des leçons du modèle occidental ! Nous n’avons pas à être dictés ou instruits au sujet de nos méthodes et pratiques ! »….Vraiment ?… Soit ! Je ne faisais que réfléchir à haute voix… Toutefois, si le contexte Africain requiert d’autres méthodes, si nous ne pouvons pas nous instruire des bonnes pratiques des autres parce qu’elles viennent des autres, comment donc expliquons nous le recours aux machettes, aux Kalachnikovs, aux purges ethniques, aux enlèvements nocturnes, aux milices juvéniles, aux manipulations constitutionnelles, aux génocides, aux guerres civiles, aux Forces de l’ONU, aux Forces de l’UE, etc… lorsqu’il est question de crises (plus d’un demi-siècle après la proclamation des indépendances en Afrique)? ….L’innovation hein ?

Print Friendly

8 thoughts on “L’Afrique ne reçoit des leçons de personnes ! ….Euh…Really ?

  1. Thanks Stephane for these thoughtfully ideas, and your service to the Lord reminding fellow Africans about good practices from other God’s people that can be emulated for Lord’s people to enjoy freedom, equitable justice, harmonious leaving, and if the right time comes people die of natural death and be given a decent burial for eternal life with Jesus without constant fear about what if history repeats itself!

  2. Lorsqu’on est au sommet , très souvent on oublie que l’on peut chuter et des fois on a tendance à croire que tout est acquis même si pour y arriver on a grimpé sur les têtes des autres.
    Soyons réalistes, les pays africains ont besoin d’une maturité politique et non des leçons car nous ne pouvons pas copier des stéreotypes qui ne collent pas avec notre culture. Du moins une chose que je partage est que nous devrions nous inspirer des meilleures expériences ou comportements politiques étrangers dans la mesure où ils sont constructifs.
    A vous les jeunes car vous serez les dirigeants de demain.

  3. Merci Stéphane pour cette réflexion. Nous la jeunesse devrons prendre notre destinée en main et nous inspirer des bons exemples que nous donnent les Occidentaux. Il faut susciter le débat au sein de la jeunesse Africaine car elle copie aussi de mauvaises choses venues de l’Occident (libertinage, non respect des aines, les déviations sexuelles …).A propos, je suis un ami d’Eric Gatera

    • Merci Armel pour ta remarque que je juge sage et pertinente. L’Occident devrait peut etre aussi considerer apprendre des Africains lorsqu’il est question des sujets moraux que tu viens de mentionner. Et… merci d’etre un ami d’Eric Gatera :) :) :) :)

Leave a Reply

Your email address will not be published.