La foi : Bref aperçu d’un des mots les plus incompris (Partie 1)

FacebookTwitterGoogle+WhatsAppEmailPrintYahoo MailGoogle GmailShare

TrustPuisque le concept de la foi est de plus en plus tordu comme des spaghettis à la carbonara, il m’a semblé utile de faire un bref aperçu du concept tel que nous l’enseignent les Ecritures. En lisant les Ecrits Sacrés, nous remarquons en effet plus d’une fois que le Seigneur, au travers des auteurs bibliques, nous exhorte à la foi.

Le Seigneur Jésus ne put dissimuler son émerveillement en constant la foi du centenier Romain qui sollicitait son aide miraculeuse (Matthieu 8.10). De même, il ne manqua de reprocher aux disciples leur manque de foi (Matthieu 8.26).

De même, Paul, serviteur et apôtre du Christ, remarque dans 2 corinthiens 5.7 « Car nous marchons non par la vue mais par la foi ». Or sans la foi, lisons-nous dans Hébreux 11.6, il est impossible d’être agréable à Dieu. Ainsi donc, Nous retrouvons le mot « foi » ou « croire » dans les Ecritures sous différents angles selon le contexte. Dans le Nouveau Testament, le mot grec le plus fréquemment utilisé est « pistis » et est employé 244 fois.

Pistis peut être traduit par confiance (en Dieu ou en Christ). Le Seigneur nous dit en effet «  Que votre cœur ne se trouble pas. Croyez (pisteuo) en Dieu. Croyez (pisteuo) aussi en moi » (Jean 14.1)

Le même mot peut designer une assurance ou certitude. L’apôtre Paul affirme dans Actes 17.31 que la résurrection du Christ est une preuve certaine (digne de confiance, fiable) que Dieu jugera le monde.

De même, Pistis peut décrire une foi (ou croyance) en une vérité, un enseignement ou  ensemble de de croyances (2 Thessaloniciens 2.13). Pistis est aussi utilisé lorsqu’il est question de notre fidélité soit envers Dieu soit envers les hommes (1 Corinthiens 4.2, Tite 2.10).

Dans l’Ancien Testament, le mot équivalent est « emunah » et est employé 49 fois soit pour décrire la foi ou la  confiance en Dieu comme dans Habacuc 2.4, soit pour parler de la fidélité comme dans 1 Samuel 26.33, soit pour décrire la vérité comme dans Jérémie 9.3,  soit pour décrire la probité ou l’intégrité comme dans 2 Rois 12.15.

Emunah est aussi utilisé pour décrire la « sureté », « sécurité » et la « stabilité » ou fermeté comme dans Esaïe 33.6 ou Exode 17.12.

On voit donc, de ce qui précède, que la foi tel que décrite dans l’Ecriture n’est pas une sorte de « croyance aveugle » ou passive ou même désespérée.

Nous sommes certains et convaincus de l’existence et de la puissance du Dieu Créateur, non par ignorance mais parce nous voyons les marques de l’Intelligence du Créateur dans la nature de la même façon que nous n’imaginons jamais que nos Smartphones sont le fruit du hasard. Dieu est capable.

De la même façon que nous ne doutons jamais de la capacité du pilote à faire atterrir un avion de ligne lorsque nous sommes à bord, De même, nous sommes confiants en la capacité du Seigneur à nous garder et à nous protéger, à prendre soin de nous dans les différents aspects de notre vie, à sauver nos âmes et nos corps, et à accomplir ses promesses  parce qu’il nous a prouvé a maintes reprises son infaillibilité et son éternelle véracité. Dieu est efficace et ne ment jamais.

Nous avons la certitude que Christ est vraiment ressuscité d’entre les morts non par fanatisme ni par délire mystique mais parce que le tombeau était et est toujours vide. Le corps du Christ n’a jamais pu être retrouvé et ne le sera jamais parce qu’il est ressuscité. Tout ce que les autorités romaines et religieuses de l’époque avaient à faire aurait été de montrer au peuple la dépouille du Christ. Ils ne l’ont pas fait parce que le tombeau était vide.

Et puisque donc Christ est vraiment ressuscité tel qu’il l’avait promis, nous pouvons être sûrs et certains que tout ce qu’il a dit sur lui-même, sur son Père et sur la vie est sûr, vrai et certain. Une des déclarations célèbres qu’il fit à son sujet se trouve dans Jean 14.6 : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi »….

Si Dieu nous le permet, nous survolerons dans les prochains posts les points suivants :

  • Sauvés par la foi sans les œuvres ?
  • Ma foi sans les œuvres, peut-elle sauver ?
  • La foi dans notre vie quotidienne (bouclier, providence, etc.)
  • Et même si il ne nous délivrerait pas…
  • Croire jusqu’à la fin
Print Friendly

5 thoughts on “La foi : Bref aperçu d’un des mots les plus incompris (Partie 1)

  1. Sans la foi , il n y a aucune certitude dans quoi nous croyons.
    Croyance et foi sont elles synonymes?
    Chacun du moins a sa foi qui peut varier selon le degre de spiritualite , car la foi n,est pas une distribution gratuite mais est acquise suite a un approfondissement des Saintes Ecritures car a mon avis , elle nest pas gratuite.

  2. Merci Stephan. Toujours claire comme d’habitude. I can’t wait to read your treatment on faith and work for obvious reason that you know. 😀

    “Croyance et foi sont elles synonymes?” … ca depend de contexte biensure. Mais d’une perspective biblique ces deux mots sont lié par la semantique. Le mot croire est un verbe et le mot foi est un nom si je peut le dire ainsi. Croire c’est la maniere dont on conjugue la foi en Grec biensure. C’est important cette aspecct du Grec parceque la bible a été traduite des manuscript Grec. Derek Prince traite de ce sujet en detail dans son livre, ‘Vire Par La Foi’. :)

  3. “car la foi n,est pas une distribution gratuite mais est acquise suite a un approfondissement des Saintes Ecritures car a mon avis , elle nest pas gratuite.”

    En ce qui concerne ce paragraphe, il y a quelque point important a relevé pour eviter une confusion systemic dans notre raisonement.

    1. La Foi Viens: il es vrai que dans le livre de Romains 10, on est informé que la foi vien de chose qu’on ecoute (l’ecoute de la parole de Dieu ou du Christ). Mais le faite que quelque chose nous vien par un mechanisme quelconque ne fait pas de cette chose quelchose qui manque en gratuité. Si on prend la definition que Stephane a defendu ci-haut (foi=confiance), on pourait bien dire que ‘la confiance vient de ce que l’on ecoute’. Mais le faite que cette confiance m’est venue par le moyen de l’ecoute n’insinue necessairement pas que la confiance qui nait en nous n’est pas gratuite mais qu’elle a ete acquise a un prix quelconque.

    2. La Foi est gratuit: le mot gratuit ici que j utilise, je le fait en reference au mot biblique ‘dons’. Un don est gratuit par definition meme si l’acquisition d’un dons peut se faire par de moyen different, et defois demandant meme une action quelconque du beneficiaire pour prendre e qui lui a ete donne gratuitement. Dans l’epitre de 1 Corinthian 12, la foi est enumerer comme un dons de Dieu. Donc la foi serai d’apres ce chapitre du nouveau testament une gratuité divine.

    cependant, le point soulever qui est correct ce que la foi viens et grandi par l’ecoute de la voix du createur. Plus on se discipline d’ecouté cette voix comme par le moyen de l’etude des ecritures ou des partages de ceux qui sont appeller a enseigner, la foi viendra et grandira ou pour reprendre ton expression la foi serai acquise.

    Bon c’est ce que j’ai pu comprendre des ecritures et de mon observation. :)

  4. j’aimerais savoir dans tes prochains articles ce que tu penses en ce qui concerne etre sauve par la foi seule ou les oeuvres seules ou encore les deux a la fois.
    Parcqu’il ya toujours des equivoques en essayant d’egaliser les deux concepts qui chacun a ses claires significations dans les saintes ecritures.

Leave a Reply

Your email address will not be published.