Je m’en fous !

FacebookTwitterGoogle+WhatsAppEmailPrintYahoo MailGoogle GmailShare

i-dont-care

Notre société de pression et du spectacle médiatise tout ! Je fais allusion à ce monde qui nous pousse sans cesse à vouloir nous comparer aux autres, nous révélant  avec tristesse que la comparaison est la source de de toutes les infériorités !

Combien des fois, avons-nous éprouvé une forte envie de crier plus fort « Je m’en fous ! Je me fous bien de ce que tu penses de moi ! Je me fous bien de ce que tu penses de mon audace ! Je me fous bien de ce que tu penses de mon apparence ! Je me fous bien de ce que tu penses de mon style, de ma vision de la vie, de ma foi, de ma situation sociale présente, de mes faiblesses, de mes limites, de tous mes « mes » !…..

Je parle de cette maladie qui ronge des milliers des gens qui se torturent le cœur jour et nuit parce qu’ils ne sont pas des Bill Clinton, des Nelson Mandela, des Tom Cruise, des Angelina Joli, des Michel Angelo, des Winston Churchill, des Abraham Lincoln, des Einstein  etc….

Je parle de cette société qui oublie de nous rappeler que la plupart de ces grandes personnalités ont eu, d’une façon ou d’une autre, des passés incertains, des enfances pénibles, des situations économiques difficiles, des dépressions chroniques ainsi que de nombreuses expériences variées qui ne pouvaient pas permettre de prédire ou d’anticiper ce qu’ils sont devenus plutard…. !

Des milliers de tonnes d’antidépresseurs sont avalés chaque années par des personnes qui n’ont pas su user de leur droit pour dire « Je m’en fous ! Je m’accepte tel que je suis….  »

Des milliers des talents, des Projets, des Entreprises, des découvertes, d’actions humanitaires n’ont jamais vu et ne verront jamais le jour parce que certains n’ont pas eu le courage de dire « Je me fous de ton pessimisme qui me fait rire aux éclats! Je me moque de ton manque d’intérêt ! Mais cela ne m’arrêtera pas ! »

Des milliers de jeunes personnes ont préféré et préfèrent encore rester à l’ombre parce qu’ils n’ont jamais su qu’ils avaient le droit de dire « Je suis important ! J’ai de la valeur ! Ton avis à mon sujet n’importe pas. J’ai le potentiel d’y parvenir ! Je me fous bien de tes fameux critères d’évaluation ! »

Les chrétiens quant à eux, ont tout ce qu’il leur faut pour être à la tête des champions des « menfoutistes » :

Face à ceux qui le jugent avec cynisme et avec sadisme, le chrétien a le privilège de dire « Je m’en fous ! Il m’importe peu d’être jugé par vous…. Celui qui me juge c’est le Seigneur ! » (1 Corinthiens 4.3-4)

Confrontés aux critères de top model qui nous assaillent de partout et qui veulent nous dérober de notre valeur parce que nous sommes différents, nous ne devrions pas hésiter de dire : « Whatever ! I don’t care ! Je suis une merveilleuse créature. Je me fous bien de ton pauvre jugement »

A ceux qui essayent de remettre en question l’audace de sa foi (exprimée de façon variée dans les différents domaines de sa vie : changement de carrière, choix de nouveaux horizons dans le business, nouvelles opportunités, etc…), le chrétien devrait répondre  « Je me fous bien de ta passion pour l’inaction et l’immobilisme ! Moi je puis TOUT par celui qui me fortifie. Je m’y lance ! » (Philippiens 4.13)

Et quand bien même tout semblerait aller à l’encontre de toutes ses aspirations et de ses projets, étant KO et au tapis, le chrétien devrait se rappeler qu’il peut toujours répondre « Je m’en fous complètement ! Je sais que mon Rédempteur est vivant, Et qu’il se lèvera le dernier sur la terre…» (Job 19.25)….

C’est vrai que ce post peut avoir une allure hystérique. Certains pourraient même parler de délire ou de traumatisme mystique ou de tout autre qualificatif tiré du lexique psychiatrique…. Eh bien ! Figurez-vous que JE-M’EN-FOUS ! Je m’en fous car je sais que beaucoup de ceux qui viennent de lire ce post viennent d’être, d’une façon ou d’une autre, fortifiés et libérés de lourds fardeaux qui pesaient sur eux…..

Print Friendly

5 thoughts on “Je m’en fous !

  1. Steph ton blog me demande mon avis sur ton article mais j’ai peur que si je te le donne tu vas t’en foutre..hahahaha…mais bon, je m’en fous aussi so je te le donnes kan meme…rwose ya un moment ou faut savoir dire…Traaaaceeer! Mais faut bien choisir son moment et savoir qd il est temps de se jeter a l’eau et qd il etait d’attendre prudemment. Sois benis bro!

    • Merci Domus pour ton commentaire! Bien entendu tu dois comprendre que je m’en fous! :) :) :)

      Je penses que cet aspect auquel tu fais allusion est un detail tres important. Tu as donc raison de souligner cet aspect important de la prudence, qui n’est d’ailleurs pas en conflit avec le refus d’etre asservi aux humeurs, gouts et intimidations de notre environement.

  2. En réalité on peut dire qu’on s’en fous mais à vrai dire on a sa propre opinion peu importe ce que l’autre pense, moi c’est moi donc une question de personnalité et il est vrai , il ne faut pas se laisser toujours mener par le bout du nez. Sachez s’affirmer.

Leave a Reply

Your email address will not be published.